Publié par Laisser un commentaire

Le Bioplastique, est-il une solution écologique pour la biodiversité !

Le bioplastique peut-il être une vraie solution écologique pour la planète. Le bioplastique est le résultat d’une dernière chance d’une industrie qui refuse de disparaître. Même s’il est difficile de caractériser un bioplastique, on sait ce qu’il n’est pas. Le bioplastique représente aussi un problème moral autant d’écologique. Beaucoup d’entre nous, on entendit cette phrase, « On ne gaspille pas la nourriture ».

Définition du bioplastique

Les bioplastiques désignent à la fois les plastiques biosourcés et les plastiques biodégradables.

Les plastiques biosourcés sont issus de ressources renouvelables : végétale, animale, etc.

Les plastiques biodégradables signifient qu’ils se dégradent grâce à des organismes vivants : bactéries, champignons, etc.

La règlementation sur les bioplastiques en France

Bioplastique en Asie
Bioplastique maxi déchet

Aujourd’hui, on accepte la désignation de bioplastique, pour les plastiques fabriqués à 70 % de pétrole et on toléra 60 % après 2020 et 40 % après 2025.

Pour avoir la désignation de bioplastique, il faut utiliser une partie de matériaux biosourcés et biodégradables.

Actuellement, beaucoup de plastiques traditionnels peuvent opter pour la définition de bioplastique, car la découverte récente des champignons microscopiques (Fusarium) pouvant se dégrader certains plastiques donc (le PET).

Historique de la matière

Le bioplastique n’est pas une nouvelle idée, car il existe depuis 1930 au moins. Le constructeur automobile  américaine, FORD utilisait déjà dans ses usines. Il intégrait des pièces en plastique fabriqué à la base du soja.

Comparaison entre bioplastique et plastique

Il ne faut pas prendre le bioplastique pour ce qu’il n’est pas. Le bioplastique n’est ni Bio et ni plastique à 100 %. Les matières servantes de bioplastique ne sont pas issues de l’agriculture biologique. Il contient toujours du pétrole dans la plupart des cas. La fabrication de bioplastique demande plus de ressources fossiles qu’un plastique classique.

 En 2018, sur les 2,11 millions de tonnes de bioplastiques fabriquées dans le monde seulement 43, 2 % étaient biodégradables, mais seulement 11,7 % était à 100 % végétales sans produire chimiques.

Certaines bioplastiques sont compostables, le Conseil d’État dans un arrêt du 28 décembre 2018 a confirmé la conformité des sacs bioplastiques à la norme NF T 51-800.

Le bioplastique meilleur pour l’environnement

Bioplastique max déchet à la décharge
Bioplastique max déchet

Actuellement, le taux de plastique recyclé en France est seulement 6 % en France, l’ensemble des déchets ménagers, elle est de 39 %. Beaucoup de déchets terminent dans les décharges publiques ou à l’incinérateur.

Les bioplastiques causent aussi des problèmes écologiques sur l’écosystème du vivant, durant leur processus de décomposition, les particules sont susceptibles d’être absorbé par les autres espèces (poisons, tortues, etc.).

 Le secteur des bioplastiques met en avant le fait que les matières sont issues des productions végétales et animales, mais dans les classements de top 10 secteurs les plus polluants au monde, on retrouve le secteur de l’élevage à la 7e place avec 5,4 % de la production suivie de la gestion des sols agricoles 5,2 % à la 8e. Les deux ensembles sont à la deuxième place avec 10, 6 %.

Le bioplastique une solution pour les industriels

Le bioplastique est la réponse des industriels à la prise de conscience des consommateurs des dangers liés aux plastiques. Le développement des mouvements comme le zéro déchet qui opte pour la suppression des déchets à la source.

Deux visions sur les plastique zéro déchet et les producteurs de bioplastiques

Le mouvement zéro déchet promeut la suppression totale du plastique, car un déchet reste un déchet biodégradable ou pas. Ce déchet nécessite un écosystème pour son retraitement qui est aussi une source de pollution. Ces déchets réclament une chaîne industrielle pour le recyclage et cette chaîne est source d’émission. La vision des partisans de mouvement zéro déchet donc sur : ( https://www.proxieat.com/strasbourg-zero-dechet-bio-compost-local/ ) est membre se résume ainsi, « la meilleure façon de supprimer un déchet est de lui enlever toute utilité économique donc plus besoin de la fabriquer».

La vision des industriels du secteur

Les consommateurs ont besoin de plastiques dans leur quotidien. Nous n’avons pas besoin de réduire sa consommation, il suffit de substituer le pétrole présent dans le plastique par un matériau biodégradable.    

Le bioplastique et biocarburant, quelle usage pour les sols    

Durant cette enfance nos parents nous disaient toujours « On ne gaspille pas la nourriture ».

Les produits agricoles sont très sensibles, pour l’opinion publique. Durant les émeutes de la faim en 2008 et 2012, il est devenu très clair que le secteur des biocarburants ne pourrait pas se développer. Utilisé la nourriture pour faire du carburant n’est pas si différente pour faire des bioplastiques.

Actuellement, beaucoup de soutiens du secteur des bioplastiques disent que le secteur ne rentre pas en concurrence avec la nourriture humaine. C’est faux, le maïs et le blé font partir de la nourriture de base de millions de personnes dans le monde.

Le développement du secteur engendra un effet d’éviction, car beaucoup de producteurs pourraient trouver plus avantageux de produits le secteur de bioplastiques, car moins contraignant.

Le bioplastique n’est pas souhaitable, car elle ouvrira un nouveau débouché commercial pour l’agriculture intensive qui détruit les sols notre écosystème. Aujourd’hui, nous ne cessons pas d’encourager les producteurs à passer à l’agriculture biologique, il serait inconscient de développer ce secteur.

La vraie solution c’est plutôt le vrac et le zéro déchet. Supprimons les plastiques pour favoriser notre écosystème.

Source : https://www.ademe.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *